top of page

Présentation

La guerre provient-elle du fond des âges, voire de notre héritage biologique, ou est-elle apparue à un stade déterminé de l'évolution des sociétés ? À cette vieille interrogation, une partie importante du monde scientifique tend de nos jours à répondre par la seconde proposition, arguant notamment de l'absence de traces convaincantes de conflits collectifs armés pour les périodes reculées et situant l'émergence de la guerre quelque part entre la fin du Néolithique et l'Âge du Bronze.

Pourtant, dans les dernières années, et pour ne parler que de la France, divers travaux sont venus contester cette vision, que ce soit sur la base d'arguments ethnologiques [1] ou archéologiques [2]. À l'échelle internationale, la découverte du charnier de Nataruk [3], qui fait suite à celle du site de Djebel Sahaba, récemment réétudié [4] a remis en cause le pacifisme supposé des sociétés de chasseurs-cueilleurs, à tout le moins des plus tardives d’entre elles.

Le sujet est d'autant plus complexe que d'une part, la guerre est un concept souvent mal défini, et que d'autre part les sociétés humaines ont inventé bien des modalités d'affrontements collectifs : l'anthropologie sociale s'efforce depuis longtemps de comprendre comment s'articulent, entre autres, les guerres proprement dites, les feuds (vendettas), les combats dits « ritualisés » pratiqués dans maintes sociétés, mais aussi (liste non limitative) des expéditions parfois qualifiées de « guerre à petite échelle » s'inscrivant dans des relations d'hostilité perpétuelle. Cette variété des formes se double de celle des objectifs poursuivis : la vengeance représente ainsi un motif privilégié d'affrontements. Quant à l'acquisition de ressources, dans laquelle on voit parfois la raison ultime et universelle des hostilités, elle soulève au moins le problème de ces substances corporelles aux effets imaginaires, à commencer par les têtes qui constituent le but premier de nombre d'expéditions militaires, en particulier dans l'Asie du Sud-Est précoloniale.

Ce colloque, tenu dans le cadre des séances de la Société préhistorique française, réunira préhistoriens et anthropologues sociaux et laissera une large part à la discussion collective. Il tentera d'éclairer ces questions en traitant aussi bien des concepts utilisés, des enseignements de la primatologie, de divers cas ethnologiques, que les difficultés soulevées par l'interprétation des traces matérielles.

Références

[1] Christophe Darmangeat, Justice et guerre en Australie aborigène (Toulouse: Smolny, 2021).

[2] Bruno Boulestin et Dominique Henry-Gambier, Les restes humains badegouliens de la grotte du Placard: cannibalisme et guerre il y a 20 000 ans, Archaeopress archaeology (Oxford: Archaeopress Publishing, 2019).

[3] M. Mirazón Lahr et al., « Inter-Group Violence among Early Holocene Hunter-Gatherers of West Turkana, Kenya », Nature 529, no 7586 (2016): 394‑98.

[4] Isabelle Crevecoeur et al., « New Insights on Interpersonal Violence in the Late Pleistocene Based on the Nile Valley Cemetery of Jebel Sahaba », Scientific Reports 11, no 1 (27 mai 2021): 9991.

Ancre 1
bottom of page